Colloque : « Un siècle de vie dominicaine à Saint-Maximin (1859-1957) »

Colloque sous la direction de Tangi Cavalin et d’Augustin Laffay avec le soutien du LARHRA-RESEA, du CEMS/IMM/EHESS et de la Province de Toulouse

Hôtellerie de la Sainte-Baume (5-7 novembre 2015)

Argumentaire

L’histoire religieuse contemporaine, telle qu’elle s’élabore depuis les dernières décennies, a élargi ses interrogations à des domaines qui, longtemps, lui ont semblé difficiles à appréhender, comme l’histoire des théologies ou, plus encore, celle des piétés et des spiritualités. Elle l’a fait en empruntant le plus souvent aux moyens d’une histoire intellectuelle renouvelée et qui se refuse à n’être qu’une histoire désincarnée des idées et des courants de pensée. L’étude des réseaux, des sociabilités, des figures intellectuelles ainsi que leur mise en rapport avec les contenus théologiques ou spirituels et leur contextualisation sociale et culturelle font désormais partie des outils méthodologiques à la disposition des historiens du religieux et qui, loin de diluer leur objet d’étude, répondent à leur préoccupation de le cerner dans tous ses états. Au sein de ce renouveau historiographique, l’étude des lieux, bien que moins prisée en histoire contemporaine que pour les périodes précédentes, n’a pas été laissée à l’écart, que ce soit en ce qui concerne les institutions de formation des élites ecclésiastiques (par exemple les séminaires, au premier rang desquels le Séminaire français de Rome ou le couvent du Saulchoir) ou par la prise en considération de l’importance de hauts-lieux spirituels comme Lourdes, Fourvière, Montmartre ou encore La Salette.

Continuer la lecture de Colloque : « Un siècle de vie dominicaine à Saint-Maximin (1859-1957) »

Le comité de pilotage éditorial

L’équipe qui élabore le dictionnaire en ligne des frères prêcheurs rassemble sept personnes aux compétences multiples. Outre le comité de rédaction, composé de deux chercheurs en histoire sociale, Tangi Cavalin (qui assure la direction du Dictionnaire) et Nathalie Viet-Depaule, et de deux archivistes dominicains, Jean-Michel Potin pour la Province de France et Augustin Laffay pour la Province de Toulouse, trois autres personnes contribuent à l’élaboration scientifique et éditoriale du dictionnaire : Céline Barthonnat, responsable de l’édition électronique, historienne de formation, Éric Belouet, historien associé au Centre d’histoire sociale du XXe siècle (CHS, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) et Gilles Touati, développeur et concepteur de bases de données.

Le comité de rédaction a pour objectif de développer et d’assurer le caractère scientifique du Dictionnaire et de promouvoir sa dynamique éditoriale : il est chargé de produire des notices biographiques et thématiques, de solliciter des contributions, de correspondre avec les auteurs et de valider collectivement toute notice en vue d’alimenter le site. Pour ce dernier aspect, il est épaulé par Céline Barthonnat qui assume les dernières tâches d’édition avant la mise en ligne (ultimes corrections ortho-typographiques, harmonisation éditoriale, etc.) et la préparation de la version numérique (sémantisation des notices pour le site).

Parallèlement à ce travail de rédaction de notices, le comité de rédaction renseigne une base de données qui permettra, à terme, une exploitation scientifique du Dictionnaire dans une perspective prosopographique. Cette base de données est le fruit d’un travail de réflexion mené conjointement par Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule, Éric Belouet et Gilles Touati, ce dernier ayant conçu la base de données et se chargeant de son adaptation au fur et à mesure du surgissement de nouveaux questionnements.

Genèse du dictionnaire des dominicains

Approuvé par les archivistes et les responsables provinciaux de France et de Toulouse au cours du premier semestre 2011, le projet de dictionnaire des dominicains des provinces françaises à l’époque contemporaine est entré, en septembre 2011, dans sa phase d’élaboration. Quelques choix (prosopographie, édition électronique, promotion d’un travail collectif) ont présidé, depuis lors, à ses avancées.

La prosopographie

Une histoire scientifique des dominicains à l’époque contemporaine ne peut se limiter à l’étude de quelques personnalités, aussi prestigieuses soient-elles. Tous les individus ayant pris l’habit dans les provinces françaises entre la restauration des frères prêcheurs par Lacordaire (1839) et le tournant des années 1970 relèvent du corpus étudié, quelle que soit leur durée d’appartenance à l’Ordre. Seuls en sont exclus les tertiaires dominicains, y compris lorsque leur lieu de vie est celui d’un couvent.

La recherche d’exhaustivité est un préalable à la collecte d’informations relatives aux itinéraires dominicains, la constitution d’une base de données allant de pair avec la rédaction de notices biographiques. L’objectif revendiqué est celui d’une histoire sociale des religieux dominicains pour laquelle l’étude des individus n’est pas une fin en soi, mais s’effectue au bénéfice d’une connaissance de l’ensemble du groupe et de son insertion dans la société.

Le recours à l’édition électronique ouverte

Il est à la fois nécessaire et souhaitable. Nécessaire afin de contourner l’obstacle budgétaire que représenterait pour une maison d’édition la publication d’un dictionnaire défini à partir de l’exhaustivité du corpus. Souhaitable car elle se prête, mieux que l’édition papier, à la circulation entre les notices (liens hypertextes), à leur indexation et à leur actualisation. Dans ce modèle éditorial, le nombre de signes imparti à chaque notice cesse d’être une contrainte absolue : il devient possible de concevoir des notices qui sont le fruit d’un véritable travail de recherche et d’exploitation des archives.

La promotion du travail collectif au service de la diffusion des connaissances

Entreprise de longue haleine, le dictionnaire en ligne des dominicains a vocation à fédérer les compétences et les efforts de chercheurs aux profils variés (générations, appartenances institutionnelles, nationalités…), dont les contributions répondent à des exigences scientifiques et rédactionnelles garanties par un comité de rédaction. Celui-ci, par sa constitution à parité de chercheurs et d’archivistes de l’Ordre, illustre l’ambition de mobiliser un collectif autour de l’histoire de l’Ordre à l’époque contemporaine. Enfin, le choix d’un accès gratuit aux résultats via internet assure la diffusion élargie de l’œuvre.